Jugez vous-mêmes 28-03-2020

    Tous ceux qui sont ou ont été militants écologistes connaissent les « gratifications » auxquelles expose la défense de l’environnement : au mieux, ironie lourde, lazzi, fausse empathie, indifférence cynique ; au pire, insultes, agressions verbales, plus rarement physiques.

    C’est un léger tribut payé à une cause plus qu’honorable quand on songe à ceux qui ont joué leur vie, en toute conscience, pour défendre faune et flore.

    Je pense en particulier à Diane Fossey, tuée en 1985 dans les montagnes des Virunga, au Rwanda, parce qu’elle défendait les gorilles. Je pense à Bruno Manser, sans doute éliminé par ceux qu’il gênait dans son combat pour la forêt primaire de Bornéo et ses orang-outans. Je pense enfin à Chico Mendes, syndicaliste brésilien, qui a défendus les indiens, les seringueiros et la forêt amazonienne ; il a été assassiné, à l’âge de 44 ans, par des tueurs à gages envoyés par un riche propriétaire, Darcy Alves Pereira.

    Faut-il être imprégné de l’amour de la planète pour faire le sacrifice de sa vie !

    Leçons de vie qui n’ont guère ému ceux qui décident de l’état du monde…

Laisser un commentaire