Qui sommes-nous ?

          A l’origine (novembre 2018), un groupe de quatre adultes, trois lycéens et une étudiante, réunis pour valider un livre dans lequel j’exploitais mes 48 ans de vécu écologiste, L’écologie décomplexée. Depuis le groupe s’est enrichi d’une historienne, d’un paysan bio, d’un informaticien, d’un guide nature, d’une directrice de communication, d’un pépiniériste bio. Et de quelques abonnés…

Qu'est-ce qu'un Chiendent ?

        Un humain, conscient que la transition, telle que l’entament les grands de ce monde, a déjà plusieurs trains de retard sur les urgences.

Notre but ?

   * Relier les humains, aujourd’hui dispersés et écrasés par la sensation d’impuissance, dans une communauté d’esprit. En fait, créer un flux dans lequel beaucoup d’entre nous peuvent se reconnaître, sans se sentir contraints, mais avec l’envie de s’engager mentalement.

   * Faire circuler les connaissances, les informations et les propositions ; le partage des savoirs, des expériences, et des bonnes idées est essentiel car nul ne possède la réponse à toutes les problématiques, quelle que soit son intelligence. Seul le collectif a cette capacité.

   * Agir en soutenant des mouvements, des groupes ou des associations qui travaillent sur le terrain, mais aussi en semant les graines de l’esprit Chiendent, aussi rebelle qu’ouvert.

Notre projet ?

Un document visuel très simple, pour toucher les gens et les entraîner dans une démarche positive : l’écodoc Chiendents.

Êtes-vous un Chiendent ?

       Le monde est plein de Chiendents qui s’ignorent : étudiants et lycéens, paysans et pêcheurs, petits entrepreneurs, citoyens lambda comme vous et moi…

        Si vous aimez viscéralement votre planète, si vous en avez ras-le -bol du prêt à penser libéral, si vous n’acceptez pas l’idée de laisser un monde salopé aux enfants à venir… vous êtes un Chiendent.

        Les Chiendents ne sont pas une association et ne cherchent pas à remplacer celles qui existent, car ils n’envisagent pas de faire leur excellent travail de terrain à leur place ; ils proposent juste de relier tous ceux qui, aujourd’hui, combattent séparément, sous ce mot : Chiendents.

        Pourquoi ?

       Parce que, sans renier le terme écologiste, nous trouvons qu’il est devenu caricatural, trop connoté, presque contre-productif ; c’est pourquoi nous proposons le terme Chiendent, qui n’est rattachable ni à un groupe constitué, ni à un mouvement d’influence, ni à une pensée politique.

Quelles sont nos valeurs ?

       Sujet casse-gueule : on tombe vite dans les bons sentiments un peu naïfs. En gros, indépendance, ouverture, exigence éthique, honnêteté intellectuelle, modestie.

       Nous nous tenons à l’écart des dépendances, financière, idéologique et politique.

       Nous accueillons tous les gens positifs et aimerions donner une voix à ceux que l’on n’écoute pas (assez). Nous pensons que la transition est l’affaire de tous.

       Nous nous engageons dans une démarche d’exactitude pour tout ce qui est informations et connaissances (point chaud !).

       Nota bene : nous disposons d’une machine à dégonfler les chevilles et les melons.

Comment suivre nos tribuations ?

       Si vous vous sentez l’âme d’un « rhizome démocratique », vous pouvez vous abonner à l’infolettre (newsletter pour les anglicistes). Vous pouvez vous inscrire sans réticences : chez les Chiendents il n’y a nul homme politique tapi dans l’ombre, ni appels aux dons, ni pression par l’urgence, ni avalanche d’images et de nouvelles catastrophiques.

         Le droit d’intervention, de critique ou de suggestion de chaque Chiendent abonné est total.

 

         Seuls ou dispersés, nous sommes insignifiants ; reliés, nous serions une force inouïe.

                    Daniel MATHIEU, dit DMOS