Bibliothèque

    Tout Chiendent peut contribuer au développement de la bibliothèque en proposant une synthèse d’un livre paru dans ces dernières années, (en concertation avec DMOS par mail). L’idée est de permettre aux lecteurs de choisir dans la production foisonnante d’ouvrages « écologistes », à partir de trois éléments : thèse principale, facilité ou complexité de la lecture, intérêt du livre. Une petite touche personnelle sera la bienvenue.

  • Mal de Terre, Hubert Reeves, au Seuil (2003).

    Ce livre a quelques années, tellement clair et synthétique qu’il reste une lecture indispensable. Il n’a malheureusement pas pris une ride : pas trop de quoi nous remonter le moral !

 

  • Choisir de vivre écologiquement, Jean Doubovetzky, éd. Déclics (2007).

    Un catalogue très accessible de gestes pour réduire notre empreinte écologique. A compléter avec Famille zéro déchet (voir plus bas).

 

  • L’imposture climatique, Claude Allègre, éd.Plon (2014).

    Voici le livre nécessaire pour vous éloigner définitivement des tentations climatosceptiques.

 

  • C’est quoi l’écologie ?, Jean-Marie Pelt, éd. L’Aube (2015).

    Une approche simple et sympathique, pour un jeune public.

 

  • Famille zéro déchet, Jérémie Pichon et Bénédicte Moret, éd. Souccar (2016).

    Voilà un guide résolument accessible à tous, avec un mélange sympathique de textes et de dessins, un vrai mode d’emploi des petits gestes. Depuis, les auteurs ont récidivé avec Famille en transition écologique (2019), même éditeur.

 

  • Pour éviter le chaos (climatique et financier), Jean Jouzel et Pierre Larrouturou, éd. Odile Jacob (2017).

    Livre technique, avec beaucoup de chiffres, mais quelques mises au point utiles et des pistes intéressantes, notamment au niveau financier. Pour ceux que l’économie assomme, je conseille Jacques Généreux explique l’économie à tout le monde, au Seuil (2014) et, en plus polémique, La Déconnomie (2016), même auteur, même éditeur.

 

  • Où atterrir ?, Bruno Latour, éd. La Découverte (2017).

    Sous-titré Comment s’orienter en politique, ce livre, d’une analyse fine, propose une approche très intellectuelle de l’impasse de l’écologie politique. On peut être déçu par le maigre chapitre des solutions. Finalement, on ne sait pas trop où atterrir…

 

  • Manuel d’éco-résistance, Jean-François Noblet, éd. Plume de carotte (2018).

    Un catalogue de vingt actions, parfois très vigoureuses, pour devenir un écolo efficace, en mode commando. Super dessins de Boucq. L’auteur avait déjà commis, en 2013, La nature au café du commerce, une sorte d’anti-manuel des idées reçues sur la nature.

 

  • Manifeste pour demain, Philippe Bertrand, éd. Libre & solidaire (2018).

    A l’image de l’émission radio Carnets de campagne, ce livre dessine une image positive de la France « d’en bas », d’humains qui, au quotidien, se retroussent les manches pour que le monde aille mieux. Ici, pas de spécialistes qui pérorent : du concret et des adresses utiles dans les vingt dernières pages.

 

  • Manuel de transition, Rob Hopkins, éd. Écosociété (2018).

    Beaucoup de ceux qui en parlent ne l’ont pas lu, alors feuilletez les 215 pages de cet ouvrage nécessaire, pour savoir quels constats ont amené Hopkins à ce concept de transition et en quoi il consiste. Incontournable et très accessible. L’édition originale est de 2008. 

 

  •  Le bug humain, Sébastien Bohler, éd. Robert Laffont (2019).

 Où l’on apprend tout sur le striatum, cette partie du cerveau qui nous pousse à la goinfrerie, la luxure, la domination, le besoin de statut et la paresse, pulsions plus puissantes que l’amour de la nature.

 

  •  Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, Aurélien Barrau, éd. Michel Lafon (2019).

Un livre écrit très simplement, qui fait la part belle aux directions à prendre. Une forme de collapsologie positive.

 

  •  La biodynamie, une agriculture pour l’avenir, Ueli Hurter, éd.Actes Sud (2019).

Un livre dense mais utile, plus théorique que pratique. Réservé à des lecteurs chevronnés et passionnés.

 

  • Réconcilier les hommes avec la vie sauvage, François Sarano et Coralie Schaub, éd. Actes Sud (2020).

    Dans son approche « spirituelle » d’une problématique environnementale, ce livre ne va pas étendre vos connaissances écologistes mais il va apporter un supplément d’âme à votre perception du monde.